Excite

Le hoodie, tout un symbole !

Hoodie est un angliscisme qui en anglais veut dire sweat à capuche. Par métonymie, au Royaume Uni c'est un jeune qui porte un tel pull. Le mouvement de protestation appelant à une enquête plus approfondie sur le meurtre de Trayvon Martin a fait du sweat à capuche son symbole. Le "hoodie" est devenu ainsi un symbole d'injustice.

Le "hoodie" est un vêtement qui remonte à l'époque médiévale en Europe lorsque les moines portaient une longue et décorative capuche appelée une cagoule qui était attachée à leur tunique ou robe. Le chaperon ou la cape à capuche était communément portée par les travailleurs qui oeuvraient dehors. C'est dans les années 30 que le premier sweat à capuche a été confectionné par la marque Champion pour les travailleurs qui enduraient de très basses températures à New York.

Le "hoodie" a décollé dans les années 70 et ce pour plusieurs raisons. Dans la culture hip hop à New York, le "hoodie" procurait l'anonymat possible grâce à la facilité de la mettre pour ceux qui avaient des intentions criminelles. La mode également y contribua avec Norma Kamali et d'autres créateurs qui leur donnèrent une image glamour. La popularité du "hoodie" explosa avec le film Rocky.

Le terme "hoodie" est devenu populaire dans les années 90 lorsqu'il est oscillait entre le symbole de l'isolation, un état d'esprit d'appartenance et la mode. Au Royaume Uni, la "hoodie" était associé aux hooligans et aux "chav", ces jeunes qui appartiennent à la couche sociale la plus basse. Aux Etats-Unis, des jeunes, souvent des skaters ou surfers, ont développé la mode du "hoodie" sur la côte ouest, surtout en Californie. La montée des "hoodies" avec le logo universaire date aussi de ce temps-là et, par exemple, les collections de Giorgio Armani ou Ralph Loren ont commencé à utiliser le "hoodie" à cette époque.

Le "hoodie", symbole d'injustice

"Hoodies don't kill. People with guns do" (les sweat-shirts à capuches ne tuent pas, les personnes armées, oui). C'est le cri de ralliement des milliers de manifestants réunis de New York à Los Angeles en hommage à Trayvon Martin. Le 26 février, le jeune homme, âgé de 17 ans, se dirige vers chez lui, à Sanford (Floride). Pour éviter la pluie, il rabat la capuche de son sweat-shirt sur son visage. C'est alors qu'il croise la route de George Zimmerman qui effectue des rondes de surveillance dans le quartier. George Zimmerman prend le jeune Trayvon en filature. Il l'abat quelques minutes plus tard, affirmant avoir agi en état de légitime défense. Protégé par la loi de 2005, dite "Stand your ground" – qui autorise l'usage d'une arme à feu en cas de légitime défense même si l'autre n'est pas armé et qu'on peut faire retraite– il ne sera pas inculpé. Il déclarera à la police avoir vu un homme noir vêtu d'une capuche. Un simple vêtement qui aurait fait de Trayvon un suspect. La "One Million hoodie march" à New York afin de dénoncer un crime racial a pour signe de ralliement un sweat-shirt à capuche.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017